Hôpital privé de
Parly 2 Le Chesnay

Rechercher Mon espace personnel Ramsay Services

Pathologies cardiovasculaires

 

Le cathétérisme cardiaque et la coronarographie

 

Le cathétérisme est le recueil et l’enregistrement des pressions dans le système cardio-vasculaire. Cette exploration est utile dans le bilan préopératoire des atteintes valvulaires cardiaques (= valves aortique et mitrale du cœur gauche, tricuspide et pulmonaire du cœur droit), dans le bilan des cardiopathies congénitales (=malformations cardiaques innées).

Le cathétérisme est aussi un outil dans le bilan de certaines atteintes du muscle cardiaque lui-même (cardiopathies hypertrophiques, dilatées, restrictives, etc.) Il s’agit d’une exploration réalisée en complément d’autres techniques d’imagerie dite non-invasive, telles que résonnance magnétique (IRM), scanner, échographie, etc.

La coronarographie est l’étude du réseau artériel coronaire, en charge de l’irrigation sanguine du cœur, dont l’atteinte, le plus souvent athéromateuse (=cholestérol), signe la maladie coronaire et ses possibles complications : infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, mort subite.

En cas de suspicion clinique d’une maladie coronaire, le bilan artériographique coronaire est un indispensable au traitement médical et/ou interventionnel, et/ou chirurgical.

 

Les techniques interventionnelles cardiaques

 

Elles peuvent être regroupées en trois chapitres :

 

Angioplastie coronaire avec ou sans mise en place d’une endoprothèse

 

En cas de rétrécissement, le plus souvent athéromateux d’une artère coronaire, il est possible de dilater au ballonnet ce rétrécissement et de pérenniser le résultat obtenu par la mise en place d’une ou plusieurs endoprothèses («stent» : sorte de grillage, très fin, en acier, étayant ainsi la paroi du vaisseau sur quelques millimètres). Cette technique apparue en 1977 est devenue la première méthode de revascularisation coronaire. Elle est pratiquée en collaboration avec l’autre technique de revascularisation : le pontage aorto-coronaire, apparu en 1967.

 

Traitement par cathétérisme des atteintes valvulaires cardiaques

 

Parmi les atteintes valvulaires (=rétrécissement mitral, insuffisance mitrale, rétrécissement aortique), certaines formes, après discussion médico-chirurgicale, sont abordées par cathétérisme interventionnel, c’est-à-dire par trajet intravasculaire, sous contrôle radiologique, et sous anesthésie le plus souvent locale. Dilatation au ballonnet et implantation d'une valve sont ainsi réalisées.

 

Traitement par cathétérisme des anomalies structurelles du cœur

 

Certaines communications entre les cavités cardiaques (inter-auriculaire, canal artériel, Foramen ovale perméable et pathologique), des malformations cardiaques (rétrécissement valvulaire congénital, hypertrophie localisée obstructive, coarctation aortique, etc.) ne nécessitent pas toujours une opération à cœur ouvert ; là encore, certaines formes, après discussion médico-chirurgicale, sont traitées en percutané.

* Nombre indicatif de naissances dans les 23 maternités du Groupe Ramsay Générale de Santé depuis le 01/01/17.